Sélectionner une page

Les formations en apprentissage sont accessibles aux jeunes de 16 à 25 ans. Elles alternent formation théorique au sein d’un établissement de formation et formation pratique au sein d’une organisation ou d’une entreprise, et visent l’obtention d’un diplôme.

Au CNRS, 127 étudiants sont actuellement en apprentissage, au sein de formations de tout niveau comme par exemple en Bac Pro technicien d’usinage, BTS de géomètre topographe, DUT de génie industriel, licence professionnelle de génomique, master de biologie cellulaire ou encore diplômes d’ingénieur.

Suite à la politique gouvernementale valorisant l’apprentissage dans les entreprises et la fonction publique d’État, le CNRS a augmenté considérablement sa capacité d’accueil d’apprentis, en la multipliant par trois.

L’apprentissage, une symphonie en duo

Maître d’apprentissage et apprenti sont les acteurs-clés de la formation. Si le premier a pour mission de former l’étudiant et l’aider à l’acquisition de savoir-faire liés à son métier, le second, lui, doit s’empreindre de la vie d’entreprise et travailler ses cours en parallèle.

Pour recruter un apprenti, le maître d’apprentissage doit exercer depuis au moins 2 ans une activité professionnelle en relation avec le diplôme préparé par l’apprenti. Il doit être également titulaire d’un diplôme dont la qualification est au moins équivalente à celle du diplôme préparé par l’apprenti. Au CNRS, la sélection des maîtres d’apprentissage se fait sur dossier de candidature, évalué par la Commission nationale de formation permanent (CNFP). Présidée par le directeur des ressources humaines du CNRS ou son (sa) représentant(e), cette instance se réunit une fois par an, d’une part pour examiner les conditions d’expériences et de diplôme exigées du maître d’apprentissage, et d’autre part pour s’assurer de l’adéquation entre le projet confié à l’apprenti dans l’unité d’accueil et le contenu du diplôme préparé.

Le maître d’apprentissage mentionne dans son dossier de candidature l’établissement de formation dans lequel il recrutera son apprenti. Dès lors que son projet est validé par la CNFP, le maître d’apprentissage peut procéder au recrutement de l’apprenti avec l’appui du service des ressources humaines de sa délégation régionale.

Le trio harmonieux

Le lien avec l’établissement de formation est primordial pour permettre un transfert harmonieux des savoirs et des compétences, dans un environnement stable. En effet, le maître d’apprentissage doit être en relation avec l’établissement de formation et proposer un plan de formation en cohérence avec le programme de formation théorique.

Pour accompagner les maîtres d’apprentissage dans cette mission, le CNRS organise prochainement des sessions de formation qui seront déployées dans les délégations régionales. Plus d’informations sur L’apprentissage au CNRS

 

Crédits photo : © Gaël LEROUX/ECOLAB/CNRS Photothèque