Sélectionner une page

Créé en 1999, le réseau national des lithopréparateurs de France compte aujourd’hui une quarantaine de personnes. En 2019, les animateurs du réseau ont été distingués par l’attribution d’un cristal collectif. Entretien avec Xavier Le Coz, Christophe Névado, Fabienne de Parseval, Brigitte Spiteri, animateurs et animatrices du réseau.

 

Quelle est l’histoire du réseau ?

Notre réseau national des lithopréparateurs de France a vu le jour en juin 1999 à l’initiative d’un personnel technique de l’université de Poitiers qui était confronté à des difficultés méthodologiques et protocolaires. Il a ainsi organisé la première rencontre nationale du métier où la dizaine d’agents lithopréparateurs participant ont décidé de créer le réseau. En parallèle, le site internet www.lithos.univ-rennes1.fr a été mis en place.

Il n’existe pas de formation diplômante à ce métier dans le cursus scolaire, il ne s’acquiert que par apprentissage dans la philosophie du compagnonnage.

Il est alors apparu nécessaire de mettre en place des réunions d’échanges et d’y proposer des formations professionnelles. Ces formations sont devenues d’autant plus importantes qu’en 20 ans les effectifs de lithopréparateurs et lithopréparatrices ont été divisés par 3 et que le savoir tend à se perdre. On dénombre désormais 42 agents en activité au sein des laboratoires de recherche.

La création autonome et atypique de ce réseau a attiré l’attention de l’Institut National des Sciences de l’Univers (INSU) lors de notre rassemblement à l’université de Besançon en 2016.

Il nous a été suggéré pour officialiser son existence de rédiger une charte qu’il est désormais nécessaire de ratifier pour l’intégrer.

En 2018, notre réseau a reçu du CNRS la nouvelle distinction, le cristal collectif, récompensant des équipes de personnels techniques en appui direct à la recherche.

 

Quel est le fonctionnement du réseau ?

Le réseau est animé par un bureau national de 4 à 6 membres élus par la communauté pour une durée de 5 ans. Les élues et élus sont chargés de la représentation du réseau et remplissent un rôle d’expertes et d’experts sur des questions spécifiques à la lithopréparation auprès des directions. Une charte a été rédigée collégialement et diffusée à l’ensemble des lithopréparateurs et lithopréparatrices.

Les rassemblements biannuels sont organisés sur la base du volontariat, jusqu’à ce jour dans différentes universités métropolitaines. C’est l’occasion pour les participantes et les participants d’échanger et de partager leurs savoir-faire et leurs compétences autour d’un ou plusieurs thèmes. Ces colloques marquent ainsi un temps fort dans la vie du réseau.

Au quotidien, les membres du réseau échangent, via la liste de diffusion, des questions réponses à l’ensemble de la communauté. Ce mode de fonctionnement permet à chacun d’être animateur ou animatrice et ainsi de faire vivre le réseau.

 

Quelle est la vocation du réseau ?

La vocation est de limiter l’isolement professionnel, de proposer des formations aux débutantes et débutants, des perfectionnements sur des thématiques spécifiques, de maintenir et améliorer les compétences ainsi que de partager l’expérience et les savoir-faire.

 

Quel est l’objectif du réseau ?

L’objectif premier du réseau est de réunir une profession, permettre l’échange de compétences, pérenniser le métier. Le réseau étudie la possibilité d’être labellisé réseau formateur par les services de formations continues du CNRS et des universités afin de sauvegarder le savoir-faire.

Un second objectif est de recenser les conditions de travail des membres du réseau afin de faire remonter certaines anomalies au comité hygiène et sécurité et de la médecine préventive.

Ces derniers temps, le réseau s’est axé sur les troubles musculo-squelettiques induits par les postures et efforts répétitifs inhérent à ce métier. Cette démarche d’analyse se veut d’aider la médecine préventive dans une meilleure connaissance de cette profession rare et spécifique. Ainsi la mise en avant de certaines pathologies, comme la tendinopathie qui est un fléau dans la profession, pourraient être reconnue en maladie professionnelle.

À court terme le réseau est en préparation d’une demande d’action nationale de formation (ANF) pour un projet de rassemblement de ses membres à l’université des Antilles.

 

Qui sont les membres du réseau ?

Les membres du réseau sont essentiellement des lithopréparateurs et lithopréparatrices statutaires de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en géologie, paléontologie et archéologie. Sont également membres des métallographes.

 

Comment vous rejoindre ?

L’affiliation au réseau peut se faire par une action volontaire du lithopréparateur ou de la lithopréparatrice suite à une information donnée par un chercheur ou une chercheuse ou par une prise de contact directe par l’un des membres. Toutes les informations sont disponibles sur notre site : www.lithos.univ-rennes1.fr