Sélectionner une page

Plus de 800 personnes assurent cette fonction au sein des laboratoires, en parallèle de leur fonction. Proposé et désigné par le directeur d’unité, le “CoFo” a notamment en charge le recueil des besoins en formation des personnels, la rédaction et le suivi du plan de formation de l’unité. Interview de Chiara Chelini, CoFo au sein du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme*.

 

Bonjour Chiara, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis Chiara Chelini, community manager du Réseau national des Maisons des Sciences de l’Homme. J’occupe ce poste depuis avril 2018. Auparavant, j’étais chargée de valorisation de la recherche et responsable du pôle montage de projets européens et internationaux de la Délégation Île-de-France-Villejuif. Ce changement de poste, grâce à une mobilité interne, a été déterminant pour mon orientation professionnelle, parce que je souhaitais d’un côté revenir à un métier du domaine de la communication, qui correspond à ma formation initiale et de l’autre, me rapprocher davantage des Sciences Humaines et Sociales, les disciplines étudiées pendant mon parcours académique.

 

Comment êtes-vous devenu Co-Fo ? Quelles étaient vos motivations ?

Je suis devenue Co-Fo sur proposition de la secrétaire générale du GIS, avant son départ en détachement. Elle m’a proposé de prendre le relais dans cette mission et j’ai tout de suite accepté. La possibilité de développer des compétences dans le champ de la formation continue, d’être informée de la règlementation en vigueur via un contact privilégié avec le service formation en délégation régionale, ainsi que de pouvoir assurer le lien entre le recueil des besoins de mon unité en matière de formation et l’élaboration du plan de formation régional par les services de ma délégation sont des aspects qui m’intéressaient beaucoup.

 

Être CoFo, cela signifie quoi pour vous ? En quoi consiste cette activité ?

Je suis un appui pour fournir une première aide au repérage des formations adaptées aux besoins exprimés dans le plan de formation de l’unité. Je supervise la cohérence d’une demande de formation avec le plan de formation de mon unité lorsqu’une nouvelle demande est faite. Le fait d’être CoFo pour l’unité m’ouvre également une perspective de réflexion plus large liée à mes missions d’animatrice de communautés pour le Réseau national des MSH. En effet, parmi mes missions, il y a aussi la prospection et la proposition des projets conjoints inter-MSH, en lien avec les stratégies de communication locales. Ces événements sont donc développés de manière transversale au sein de plusieurs MSH. Cela peut concerner un événement de médiation scientifique, un axe de recherche, une exposition, la valorisation d’un projet de recherche développés au sein des plusieurs MSH, et également la mise en place d’actions de sensibilisation internes au Réseau. À titre d’exemple, au mois de janvier 2019, avec l’appui de l’INSHS, de la MSH Ange Guépin de Nantes et de la MSH de Dijon, nous avons mis en place une action de sensibilisation interne à l’utilisation du portail HAL* du Réseau pour les chargés d’information scientifique et technique et les référents HAL des MSH. Le fait d’être CoFo m’a donné une vision complémentaire sur ce que pouvaient être les besoins et les attentes des participants. L’apport que l’activité de CoFo peut donner est donc aussi méthodologique, en aidant à comprendre les principes généraux qu’un stagiaire souhaite trouver dans le programme d’une formation de qualité.

 

Comment pourriez-vous résumer votre expérience de CoFo ?

Je perçois mon expérience de CoFo comme une aventure qui est humainement et intellectuellement enrichissante. Cela permet d’acquérir des compétences utiles pour sa carrière professionnelle, ainsi que pour conseiller ses collègues. Plus concrètement, cela permet de connaitre le fonctionnement et les interlocuteurs du CNRS en matière de formation permanente et continue, ainsi que de développer de nouvelles connaissances en matière de droit à la formation.

 

Vous avez participé récemment à une formation CoFo organisée par votre délégation régionale. Que pensez-vous de cette formation ?

La formation CoFo m’a apporté des connaissances sur le cadre réglementaire lié à la formation, ainsi qu’une vision d’ensemble des différents types de formations existantes et les outils numériques disponibles pour les déployer. De plus, cela m’a permis de connaitre mes interlocuteurs de formation au sein du CNRS et de mieux comprendre les circuits complexes qui ont été mis en place pour assurer le processus entre la demande d’une formation, sa validation, la recherche d’un prestataire et sa réalisation.

Cette formation m’a été très utile et je la conseille vivement aux nouveaux CoFo (ainsi qu’aux anciens, afin de se tenir à jour sur les dispositifs de formation au CNRS !)

 

Merci beaucoup !

 

En savoir plus :

Les acteurs de la formation au CNRS

 

* Le Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme comprend 23 Maisons des Sciences de l’Homme (MSH) réparties sur toute la France. Il est garant du label MSH. Il s’est principalement constitué dans les années 1990 et 2000. Ces MSH assurent le regroupement, sur un même lieu, de moyens de recherche humains et matériels et, pour certaines d’entre elles, d’unités de recherche comprenant des chercheurs issus des Universités et du CNRS. En savoir plus : http://www.msh-reseau.fr/

* L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. En savoir plus : https://hal.archives-ouvertes.fr/