Sélectionner une page

Contribuant à l’attractivité du CNRS et participant au mieux-être des personnels, la politique sociale a pour principaux objectifs d’assurer une bonne articulation entre la vie professionnelle et la vie personnelle, d’aider les personnels rencontrant des difficultés, de concourir à la réflexion sur les conditions de vie au travail.

Le bilan 2016

À l’occasion de la publication du Bilan de l’année 2016, une série d’articles est consacrée cette semaine à la présentation des nombreuses actions menées dans le cadre de la politique sociale de l’établissement.

Restauration, accompagnement social, logement, famille, solidarité, handicap sont autant d’axes qui mobilisent tout un réseau d’acteurs, depuis la Direction des ressources humaines (DRH) aux Délégations régionales, en partenariat avec les instances représentatives et le Comité d’action et d’entraide sociales (CAES).

Les acteurs au niveau national

Au sein de la DRH, le service du développement social (SDS) propose et met en œuvre la politique sociale du CNRS. Il est également chargé de la répartition et du contrôle du budget d’action sociale, ainsi que de la coordination du réseau des acteurs de la politique sociale au CNRS. Ces acteurs sont :

  • les délégations régionales (gestion de l’action sociale de proximité, gage de la bonne adaptation des dispositifs proposés au niveau national) ;
  • les partenaires sociaux (participation à la définition et l’évaluation de la politique sociale par le biais d’instances nationales et locales : CNAS et CORAS) ;
  • le Comité d’Action et d’Entraide Sociales (gestion de certains dispositifs CNRS, organisation d’activités sociales, culturelles et sportives à destination des personnels du CNRS).

Le SDS a aussi en charge le pilotage des plans d’actions relatifs à la prévention des risques psychosociaux et à la qualité de vie au travail.

Les acteurs au niveau local

Au sein des services ressources humaines des délégations régionales, les assistants de service social assurent auprès des agents du CNRS une mission d’accompagnement social (écoute, conseil) et sont également des interlocuteurs essentiels pour apprécier le climat social de l’établissement. À cette fin, ils sont membres des cellules médico-socioprofessionnelles et certains d’entre eux participent aux CHSCT régionaux.

Au sein des délégations régionales, la gestion du budget d’action sociale est réalisée par un gestionnaire d’action sociale le plus souvent affecté au service des ressources humaines ou au service des affaires générales. Cette mission implique le suivi de l’exécution de ce budget dont celui de la restauration collective, le suivi des conventions médicales et/ou de restauration hébergée ainsi que le suivi financier des dispositifs d’accompagnement social (handicap, logement, solidarité…).

Les instances représentatives

Dans le cadre du dialogue social relatif à l’action sociale, le CNRS est doté d’instances représentatives consultatives, constituées de représentants de l’administration et de représentants du personnel et compétentes dans le domaine de la politique sociale.

La Commission nationale d’action sociale (CNAS) à l’échelon national, donne son avis sur l’ensemble de la politique sociale menée par la DRH et notamment sur l’élaboration et la mise en œuvre du budget social. 5 réunions ont eu lieu en 2016.

Les Commissions régionales d’action sociale (CORAS), à l’échelon local, donnent leurs avis sur la mise en œuvre au sein de la délégation régionale de la politique sociale nationale et du budget social.

Le Comité d’Action et d’Entraide Sociales (CAES)

Lié au CNRS par une convention cadre, le CAES est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 dont l’objet principal est de promouvoir, organiser et réaliser tout projet à caractère social, culturel ou éducatif. Ses ressources proviennent de dotations budgétaires versées chaque année par le CNRS et de la participation des personnels.

En outre, le CNRS a confié au CAES par convention, la gestion de prestations sociales spécifiques relatives aux chèques emploi-services universels (CESU), chèques-vacances, subventions centres de vacances et prêts bonifiés.

 

Bilan 2016 de la politique sociale (pdf)