Sélectionner une page

Les personnes bénéficiaires de l’obligation d’emploi ont la possibilité d’être recrutées dans la Fonction publique sans concours, après une période d’emploi d’une année en qualité de non titulaire. Ce recrutement initial en qualité de contractuel a vocation à titularisation et il s’effectue sur tous les corps de catégorie A, B ou C.

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa politique d’insertion en faveur des personnes en situation de handicap, le CNRS ouvre chaque année des possibilités de recrutement par le biais de cette voie d’accès dérogatoire dont le nombre, proportionnel aux postes proposés aux concours externes, est au moins égal à 6%. Il concerne tous les corps et métiers de l’établissement. En effet, depuis 2008, cette procédure dérogatoire est proposée aussi aux personnes scientifiques pour une intégration éventuelle dans le corps des chercheurs. L’appréciation des candidatures, basée sur la qualité des travaux de recherche, relève des sections concernées du Comité national de la recherche scientifique où siègent les experts de chaque discipline scientifique. A noter que ce mode de recrutement est une voie d’accès complémentaire aux emplois de titulaire, mais qu’il ne se substitue pas à la voie d’accès par concours qui reste le mode de recrutement normal et privilégié.

L’engagement de favoriser l’accès à l’emploi de personnels scientifiques en situation de handicap est un des éléments fondateur de la politique d’insertion de l’établissement. Il en constitue le puissant symbole et marque sa volonté de faire évoluer le regard de la communauté scientifique et favoriser l’accueil, quel que soit le handicap. Depuis 2007, le CNRS a intégré 373 agents en situation de handicap par le biais de cette voie contractuelle dont une soixantaine de chercheurs et près d’une centaine de doctorants et post-doctorants.

“Handicapé ou valide, le candidat postulant sur un poste CNRS constitue une nouvelle “ressource”. La question n’est pas de savoir si l’on “peut” recruter un personnel handicapé, mais de le positionner en situation d’utiliser ses compétences” (p.16 du plan d’action). L’accueil d’un agent handicapé représente un investissement important sur le plan humain, organisationnel et financier. Il accroit le potentiel de créativité et promeut des valeurs de solidarité durable. 20 % des situations de handicap conduisent à des aménagements de poste de travail et à des aides techniques. Pour les autres, soit il n’y a besoin de rien, soit les mesures appropriées se traduisent par d’autres types de compensation (télétravail, aménagement des conditions de travail, dispositifs de soutien coordonnés en lien avec les médecins de prévention et les assistants de services sociaux).

Prochaine campagne de recrutement de chercheurs en situation de handicap : 2 février 2018

En savoir plus