Sélectionner une page

Le 4 octobre dernier, le Comité technique de l’établissement examinait le Guide opérationnel télétravail CNRS et le 22 octobre les premières demandes de télétravail étaient déjà enregistrées. Ce guide est à disposition de tous sur Ariane et sera également transmis à chaque agent avec sa décision d’autorisation avant le 21 décembre 2018.

 

Près de 2 000 demandes de télétravail dès la première campagne

À 86 % des demandes d’ingénieurs et techniciens fonctionnaires, 5 % de chercheurs fonctionnaires et 9 % d’ingénieurs ou chercheurs contractuels, le télétravail concerne tout le monde. Le télétravail fait aujourd’hui partie des conditions d’attractivité pour un établissement et cela quel que soit le métier exercé.

De 40 à 228 demandes selon la délégation régionale de rattachement, 6 % des effectifs rémunérés par le CNRS ont déposé une demande de télétravail, soit un tiers des répondants à l’enquête diffusée en mars dernier. Ces demandes sont à 90 % sur un cycle de travail d’une semaine et 10 % sur deux semaines. Les orientations données par l’établissement ont été très largement suivies.

Dans le cadre de ce déploiement de grande ampleur, le CNRS a fait le choix de mettre en place des campagnes de recueil des souhaits des agents pour permettre aux différents services instructeurs de traiter équitablement ces premières demandes. Ainsi, chaque agent recevra une réponse avant le 21 décembre 2018. Une nouvelle campagne sera organisée début février 2019.

 

Où en est-on des aspects de formation ?

Les formations proposées par les délégations régionales aux encadrants des demandeurs se déroulent depuis le 26 novembre 2018 jusqu’au 31 janvier 2019. Elles consacrent une large place à la gestion de la confiance et du contrôle dans la relation de travail en rappelant que la confiance dans le travailleur n’exclut pas le contrôle du travail. Les modalités de continuité de service sont également étudiées, tout en gardant présent à l’esprit que le télétravailleur, même s’il n’est pas physiquement présent, est à son poste de travail.

Par ailleurs, les délégations régionales ont menées entre fin juin et début octobre plus de 60 réunions dans environ 55 lieux différents sur le territoire national. Près de 4 000 agents ont été réunis au total pour se préparer à ces nouvelles modalités. Ces sessions ont porté sur le cadre réglementaire général et les préconisations retenues par le CNRS, les bonnes pratiques, la prévention des risques professionnels, les avantages et les contraintes du télétravail, les équipements mis à disposition, ainsi que la cohésion d’équipe.

Enfin, 35 réunions ont été organisées par les délégations régionales, ayant rassemblé globalement un millier de directeurs d’unité, directeurs adjoints et responsables administratifs.

 

En savoir plus :

Tout savoir sur le télétravail au CNRS

Consulter le guide opérationnel télétravail CNRS (accès réservé)